Présentation de l'article

La biométrie dans le collimateur

Un art en voie de développement

La biométrie dans le collimateur
La biométrie suscite beaucoup d’intérêt à l’heure actuelle, notamment parce qu’elle va s’appliquer à la confection des passeports. Pourtant, la biométrie n’est pas encore très avancée. Dans pas mal d'applications, ses performances atteintes dans nombre de systèmes récents sont insuffisantes et il faudra encore de sérieuses recherches pour les améliorer. Le présent article vise à mieux comprendre ces techniques, il ne se contente pas d’expliquer comment et pourquoi elles opèrent, mais aussi pourquoi les systèmes se montrent parfois défaillants
La biométrie est la reconnaissance automatique de personnes sur base de la mesure de caractéristiques corporelles ou comportementales. Les exemples les plus célèbres en sont l’identification par les empreintes digitales, la reconnaissance faciale et la numérisation de l’iris. À côté de cela, des recherches sont en cours pour utiliser la géométrie de la main, la reconnaissance par la voix, l’écriture ou la signature, voire la façon de marcher. Une autre forme, relativement nouvelle, de biométrie se fonde sur le gabarit de contact d’une poignée de main. Cette technique est à l’étude actuellement sur des prototypes de pistolets, de manière à en empêcher l’usage illicite, sans pour autant entraver la manipulation normale par le tireur. En situation d’urgence, une arme qui réclamerait l’introduction d’un code ne serait vraiment pas utile.
Le téléchargement de cet article est réservé aux membres abonnés d'Elektor.
Cliquez ici pour vous identifier.
Chargement des commentaires