Banc d’essai : MonoDAQ-U-X – acquisition de données de qualité à petit prix

22 janvier 2019, 17:50

Qu'est-ce que c'est ?

Le MonoDAQ-U-X est un appareil au format curieux, d’une taille proche de celle d'un paquet de cigarettes (comme je ne fume pas, je peux me tromper - ses dimensions officielles sont de 95,5 × 67,3 × 27,8 mm). Selon le fabricant, il s’agit d'un « dispositif multifonction d’acquisition de données doté d'une interface USB isolée » qui rappelle vaguement le produit myDAQ de National Instruments.

 
MonoDAQ-U-X current measurement
Installation MonoDAQ-U-X type pour mesurer la consommation d'énergie d'un dispositif. (Source : MonoDAQ)

La flexibilité du produit tient en grande partie à ses huit broches d'entrées-sorties configurables, au choix, analogiques ou numériques, en entrées ou en sorties. Un connecteur à 14 broches donne accès à ces 8 ports d’E/S configurables, outre un port numérique bifilaire (compatible avec le protocole 1-Wire), une entrée de courant (0,5 Ω flottante ou non, ou 1 kΩ) et une sortie de tension programmable (pour l’excitation d'un capteur ou pour servir d’alimentation).

Robuste et raccordable à presque tout

Construit en aluminium et d'un poids d'environ 170 g, le boîtier MonoDAQ-U-X donne une impression de robustesse et de densité. La communication entre le boîtier et l’ordinateur hôte utilise une connexion USB-C à isolation galvanique. Le produit est doté d’encoches pour le lier au système de mesure et il est possible de superposer plusieurs boîtiers grâce à un agencement de montage spécifique.

 
MonoDAQ stacked
Les boîtiers MonoDAQ sont empilables pour créer des systèmes de mesure complexes.

Un même ordinateur peut se connecter à plusieurs MonoDAQ grâce à un ou plusieurs hubs USB-C adéquats (prévoir cependant de questionner MonoDAQ avant d'investir dans un hub, car ces derniers ne se valent pas tous).

Le MonoDAQ-U-X n'est pas un oscilloscope USB à grande vitesse...

... mais plutôt un dispositif d'acquisition de données de précision. L'appareil permet des conversions sur 16 bits jusqu’à 50 kéchantillons/s sur un canal unique ; pour une fréquence d'échantillonnage de 100 Hz, la résolution atteint 20 bits. Le bilan de fréquence d’échantillonnage est partagé sur les canaux activés. Pour de nombreuses applications de mesure, ces spécifications sont suffisantes.

À noter que le MonoDAQ est proposé en deux niveaux de vitesse : 50 kéchantillons/s (U-X-50) et 1 kéchantillons/s (U-X-1). Le banc d’essai concerne la première version (50 kéchantillons/s).

Les spécifications, en bref

En mode analogique, l'appareil permet d'obtenir les configurations suivantes :
  • 8 × entrées unipolaires (2 V ou ± 100 mV)
  • 4 × entrées unipolaires avec tampons (± 10 V, entrées 1, 3, 5, 7)
  • 4 × entrées différentielles (± 2 V, paires d’entrée 1&2, 3&4, 5&6 et 7&8)
  • 2 × entrées différentielles avec tampons (± 10 V, paires d’entrée 1&3 et 5&7)
  • 2 × sorties unipolaires, 0-4 V, réparties sur deux paires (2&4 et 6&8).

En mode numérique, Il est possible d'utiliser ces broches (ainsi que D9 & D10) pour obtenir jusqu'à dix ports d'E/S compatibles TTL.

Pour mieux comprendre la configuration des broches et vérifier leurs interactions mutuelles, il peut être intéressant de jouer un peu avec l'outil de configuration Channel Setup contenu dans le logiciel (voir ci-après).
 
Chargement des commentaires...
articles apparentés