Banc d’essai : montre connectée à 10 €

17 août 2016, 14:26
Séduisante, n'est-ce pas, mais peut-on se fier aux apparences ?
Séduisante, n'est-ce pas, mais peut-on se fier aux apparences ?
Les montres connectées ne cessent de m’étonner : elles sont chères, grosses et, en ce qui me concerne, totalement inutiles. L’une d’elles a attiré mon œil sur un site de gadgets à bas prix. Une remise de 35 % la faisait passer de 16 € à 10 €, frais de livraison offerts. La montre était suffisamment attirante sur les photos pour que je me décide à la commander sans même jeter un œil à ses caractéristiques. J’allais enfin savoir ce qu’est une montre connectée. Serai-je conquis au point d’en porter une un jour, une « vraie », une chère ?
 
Le paquet est arrivé 15 jours après ma commande, bien emballé, sans aucune marque. J’en ai sorti un objet qui ressemblait à celui du site, à un détail près : l’élégant boîtier suggéré par les photos n'est qu'un banal plastique. C'est mal parti.
 
Ledit boîtier est presque carré (47 mm x 75 mm), mesure 11 mm d’épaisseur et présente trois icônes au style Android marqué. On trouve un bouton-poussoir à droite, sur la gauche un connecteur micro-USB protégé par un caoutchouc, ainsi qu’un trou et une ouverture de type logement (slot). La petite plaque métallique bleue qui recouvre le dessous de la montre a elle aussi un petit trou. Quant au large et épais bracelet (23 x 3 mm), il est fait du même plastique caoutchouteux dont sont faits les moules à cake en silicone. Et à propos de cuisson, même si ce bracelet n’est pas inconfortable, à mon avis il risque tout de même de faire transpirer plus d’un pore.
 
Comme la montre ne s’est pas allumée directement, je l’ai reliée à un chargeur de téléphone USB. Une barre de chargement verte s’est affichée au bout de quelques secondes. Quant à moi j’ai affiché ma patience en laissant la montre en charge durant quelques heures.

C'est parti (montre en main)

Lorsque j’ai rallumé la montre, j’ai été accueilli par trois icônes, une horloge et une brève mélodie. N’ayant pas lu ses caractéristiques, j’ignorais que la montre était tactile. Je l’ai vite découvert, tout comme j’ai vite compris que l’écran ne répondait pas qu’au toucher mais aussi au glisser. C’est de cette façon, en faisant glisser un doigt de la gauche vers la droite (ou l’inverse) que l’on peut naviguer entre les pages d’icônes associées aux applications. Ces icônes ont l’aspect sommaire de celles d’une Gameboy, mais cette impression vient sans doute de la profondeur de couleur limitée de l’écran (16 couleurs, pour autant que je puisse en juger).




Parmi les applications installées, on en trouve qui peut déclencher une alarme pour vous rappeler qu’il est l’heure de l’apéro (ou qu’il est grand temps de rappeler à vos proches qu’il est l’heure de l’apéro), une autre qui surveille la qualité de votre sommeil (après l’apéro ou pas), un podomètre, un baromètre, un altimètre, un chronomètre, une calculatrice, un agenda et autres grands classiques de la vie d'homo connectus. Le nombre d’applis m’a surpris : 22 au total. L’appli Paramètres de l’appareil permet de régler la date et l’heure, et aussi de choisir une horloge. Malheureusement je n’ai pas trouvé celle qui sur les photos du site avait l’air si sympa, juste un style d’horloge analogique ou numérique plutôt moche.

 
L’horloge analogique.
L’horloge numérique.

Une appli Bluetooth permet d’apparier la montre avec un téléphone et, nouvel étonnement, ça fonctionne parfaitement. J’ai pu passer un appel, lire des messages, écouter de la musique et prendre des photos depuis la montre, le tout sans rien installer sur mon téléphone. Le son et l’image ne sont pas terribles, mais ça marche.

 
Message envoyé par l’appli Android.

Vous avez dit bizarroïde, comme c'est Android

D’après le manuel, il fallait installer sur mon téléphone une appli appelée Bluetooth Notifications. Je l’ai trouvée sur Google Play déclinée sous plusieurs noms, et aussi sous la forme d’un APK à installer manuellement. L’appli que j’ai téléchargée s’est révélée peu fiable, et surtout complètement naze. Je lui ai fait d’autant moins confiance que mon téléphone a soudain été envahi par toutes sortes de pubs. Bizarre. J’ai donc rapidement viré l’intrus et décidé de tenter ma chance avec une appli de Google Play appelée Mediatek. Pourquoi celle-ci et pas une autre ? Parce que la montre était vendue comme étant de marque Mediatek. Logiquement, il devrait y avoir un rapport, non ?
Effectivement, cette appli a bien mieux fonctionné que l’appli « officielle » made in Spammia.

 
Préférez l’appli Mediatek.

Si je m’attendais à ça

Juste pour m’amuser, j’ai relié la montre à mon PC. Surprise, l’ordi l’a reconnue comme port virtuel série « MediaTek USB Port ». Ne sachant trop quoi faire avec ce port série, j’ai ouvert un émulateur de terminal et envoyé la commande « AT » à la montre. On ne sait jamais, n’est-ce pas ? Imaginez ma surprise lorsque la montre a répondu « OK » ! Ça devenait intéressant. J’ai donc saisi quelques commandes AT, de mémoire : ATD par exemple, auquel la montre a répondu NO CARRIER.
Bref, il paraît possible d’utiliser la montre comme interface avec un téléphone, comme modem, de composer des numéros et d’envoyer des messages de texte.

 
La montre répond aux commandes AT, mais lesquelles ?


Après avoir trouvé sur Internet de la documentation sur les commandes AT GSM, j'ai constaté que la montre réagit à plusieurs d’entre elles. À CGMM et CGMR, elle répond qu'elle est un modèle MKT2 LD88MA_JMX_LCD7735xdhy_HSD_9102TM_CPT_16LANG_V1.3.3, 2016/05/31 16:16.

Notez que ce baragouin intergalactique contient « LCD7735 ». Serait-ce une référence à l’afficheur de la montre ? S’il s’agit bien d’un LCD de type 7735, sa profondeur de couleur serait de 18 bits. Dans ce cas, pourquoi la qualité de l’affichage est-elle si mauvaise ?
 
Avec les mots clés « Mediatek » et « AT commands », Google m'a conduit  sur plusieurs groupes d’utilisateurs tentant de modifier les puces MTK qui équipent certains téléphones mobiles et cette montre.

Stoppé net par un bus (USB OTG)

J’ai également découvert que la montre était compatible USB OTG. J’ai donc sorti un câble OTG, mais mon essai a tourné court : lorsque j’ai relié la montre à mon Samsung Galaxy J5 (compatible OTG), l’écran de la montre est aussitôt devenu noir. Et impossible de le rallumer. De fait, la pile de la montre était déchargée. Est-ce que mon téléphone, pensant être relié à un chargeur, a pompé toute l’énergie de la pile ? Je l’ignore. Tout ce que je sais, c’est que l’autonomie de la pile est soudain passée de plusieurs jours à quelques heures. La faute à USB OTG ?

Je peux prendre mon bain avec ?

Voilà, j’ai exploré toutes les fonctions de la montre et sais que  je ne la porterai jamais. Pour finir, voire en finir avec elle, je vais donc tester son étanchéité (annoncée dans les caractéristiques). Ce sera quasiment du direct puisque je rédige ce banc d’essai depuis un hôtel. Et comme cet hôtel en a une, direction la piscine.

 
La montre fonctionne encore sous 50 cm d’eau.

J’attache la montre à un haltère récupéré dans la salle de sport de l’hôtel, je plonge l’ensemble dans l’eau à environ 50 cm de profondeur et... oui, elle fonctionne encore, je vois l’heure à laquelle les autres clients me regardent bizarrement !
 

Conclusion techno-économico-philosophique

Je suis vraiment impressionné par ce qu’on peut obtenir pour 10 €. La montre fonctionne parfaitement en mode autonome, et tout aussi bien lorsqu’elle est synchronisée avec un téléphone. Mon Samsung a fonctionné directement sans que j’aie à y installer un logiciel spécial, et toutes ses fonctions ont marché avec l’appli Mediatek ; j’ai même pu prendre et regarder des photos depuis la montre. La qualité du son et de l’image laissent à désirer, mais ça marche. Le style de l’interface graphique utilisateur est fruste, en partie parce que le nombre de couleurs (16 ?) est insuffisant, mais l’écran tactile répond parfaitement aux mouvements du doigt. Le logiciel souffre de quelques incohérences et désordres, dont des menus présentés dans un anglais approximatif, et de ridicules et interminables « Done » s’affichant après chaque modification d’un paramètre. Cela dit le logiciel offre de nombreuses fonctions et permet de faire beaucoup de choses.

Mon fils de 13 ans n'a même pas voulu l'essayer tellement elle est moche, mais sa valeur technologique est indéniable au regard de son prix. Je n'ai pas trouvé de réponse à cette question cruciale : à quoi sert-elle ?

Vous la trouverez sur ce site.
Chargement des commentaires
articles apparentés