Eric Bogers

Le retour des petits circuits – 8e épisode

8 janvier 2020, 12:00

Bougie (à allumage) électronique

idée : Elex
Cette bougie n’est pas de cire, n’a pas de mèche ni de flamme vacillante. La loupiote est une petite lampe à incandescence à basse tension. Pour l’allumer – et c’est là le clou avec lequel vous épaterez amis et famille – il faut une allumette ou un briquet.
Le composant le plus important du schéma (fig. 1) est R1, une photorésistance ou LDR pour light dependant resistor. Sa résistance varie selon l’intensité de la lumière incidente : plus il y a de lumière, plus la résistance est faible.

 
Figure 1.
La LDR et le potentiomètre P1 forment un diviseur de tension. Dès que la lumière de votre allumette éclaire R1, sa résistance diminue, ce qui fait monter la tension à la jonction de R1 et P1 – et avec elle la tension à la base de T1, lequel devient conducteur. Par conséquent, le potentiel à la jonction de R2 et R3 est forcé à la masse, ce qui fait que le transistor (PNP) T2 conduit aussi. Un courant circule maintenant dans l’ampoulette La1 qui, sous 6 V, avec un courant de 50 mA environ, s'allume joyeusement. Avec P1 vous pourrez régler la sensibilité du circuit.
L’astuce de ce circuit, c'est que la LDR voit aussi une partie de la lumière de la lampe allumée, de sorte que sa résistance continue d'être faible, même une fois l'allumette éteinte. De sorte que l’état du circuit est maintenant stable.
Et comment souffler cette bougie ? Pour cela, il y a un composant mystère immédiatement à gauche de La1 sur la figure 1. Rien de plus qu'un petit morceau de papier ordinaire, placé de telle manière que si vous soufflez dessus, il s’interpose entre la lampe et la LDR. Cette dernière voit beaucoup moins de lumière, de sorte que sa résistance augmente, ce qui provoque le blocage de T1 qui bloque à son tour T2 : - la lampe s'éteint.
Si vous avez le goût de l’expérimentation, essayez de modifier le circuit en utilisant une thermistance, c’est-à-dire une résistance sensible à la température : quand on souffle dessus, elle refroidit et sa valeur change aussitôt.

Construction et alimentation électrique

Sur le dessin, vous voyez que la LDR et la lampe se font face, et que le morceau de papier s’interpose quand on souffle dessus.
 
 
Figuur 2.

Pour l'alimentation, il faudra quatre piles 1,5 V. Quand il l’a représentée il y a environ 40 ans (!), notre dessinateur Laurent Martin a doté la bougie d’une petite alimentation secteur, avec transfo, redresseur à pont et condensateur de lissage. Avec le recul et par souci de sécurité, ça ne se fait plus. Même si elle ne répond pas aux normes de l'électronique du XXIe siècle, cette merveilleuse bougie n’est-elle pas le montage idéal pour illuminer cette période de fêtes.

En tous les cas, nous vous souhaitons bon bricolage !  

Chargement des commentaires...
articles apparentés