• catégorie : Ordinateurs
  • Publié en 2/2000 à la page 0
Présentation de l'article

Générateur d'octets

pour la mise à l’épreuve de CAN et de commandes numériques

Ce circuit doit sa naissance au besoin qu’eût, un jour, un concepteur d’appliquer manuellement des codes numériques à un circuit de conversion numérique/analogique. Cette électronique fut, ultérieurement, modifiée pour le test d’un interrupteur protégé par un opto-isolateur requérant un circuit de commande à transistors à collecteur ouvert. Le circuit présenté ici combine les avantages de ces 2 « ancêtres ».Sur le schéma de la figure 1, SW1 est un octuple interrupteur DIL (à 16 broches donc) monté sur un support DIL à 16 broches. Le point commun de cet interrupteur est relié à la masse, les sorties commutables étant elles forcées au +5 V par le biais d’un réseau SIL de 8 résistances de 4k?7, R1. Ces lignes attaquent ensuite, après avoir également été dérivées vers K1, qui peut prendre la forme d’une double barrette autosécable de 10 contacts ou d’une embase DIL à 20 contacts, les entrées de IC1, un 74LS245, monté en tampon. Les sortie de IC1 sont reliés et à l’embase K2 et aux entrées de IC2, un ULN2801A, un circuit de commande à 8 Darlington dotés de sorties à collecteur ouvert. Les sorties de IC2 sont amenées sur l’embase K3.
Le téléchargement de cet article est réservé aux membres abonnés d'Elektor.
Cliquez ici pour vous identifier.
Résistances :
R1 = réseau SIL de 8 résistances de 4K?7
R2 = réseau SIL de 8 résistances de 470 ?
Semi-conducteurs :
IC1 = 74LS245 ou 74HCT245
IC2 = ULN2801A (Sprague)
Divers :
D1 à D8 = LED à haut rendement 5 x 2 mm
K1 = embase femelle DIL à 2 rangées de 10 contacts
K2 = embase autosécable SIL à 1 rangée de 10 contacts
K3 = embase autosécable SIL à 1 rangée de 11 contacts
K4 = embase autosécable SIL à 1 rangée de 3 contacts + cavalier
support tulipe à 16 broches
Chargement des commentaires