• catégorie : Modélisme
  • Publié en 3/2001 à la page 0
Présentation de l'article

MIDI-lights

Pilotage de projecteurs de diapos par instructions MIDI

MIDI-lights
Nous avons vu, dans un article publié le mois dernier, que MIDI était en mesure de piloter d’autres périphériques qu’uniquement des instruments de musique. Nous allons, cette fois-ci, utiliser les signaux MIDI pour piloter des sources de lumière. Ce montage comporte 4 sorties à triac réglables et 8 relais en vue, par exemple, de piloter 4 projecteurs de diapositives.Lors de spectacles « son & lumière » il n’est pas toujours très simple de synchroniser parfaitement lumière et son lorsque les signaux de pilotage de ces 2 « éléments » se trouvent sur des supports (médium) différents.La palette d’appareils professionnels permettant une synchronisation est bien étoffée, mais leur coût dépasse souvent les limites du budget que s’est fixé un amateur.Les systèmes plus abordables ont eux l’inconvénient de ne pas pouvoir être dotés d’extensions et bien souvent, incapables de travailler avec des appareils d’une autre marque.
Le téléchargement de cet article est réservé aux membres abonnés d'Elektor.
Cliquez ici pour vous identifier.
Produits
Fichier Gerber

Le circuit imprimé de cet article est disponible sous forme d’un ou plusieurs fichiers Gerber. Seuls les membres de la communauté d’Elektor peuvent télécharger gratuitement ce(s) fichier(s). Avec ce(s) fichier(s), vous pouvez réaliser vous-même le circuit imprimé ou bien le faire faire.
Si vous souhaitez passer par un service en ligne, nous vous recommandons notre partenaire Eurocircuits. Nous faisons régulièrement appel à Eurocircuits pour nos prototypes et notre production en série.

Extra info, Update
Quelques lecteurs signalent que la lampe du projecteur scintille au cours du réglage, à luminosité constante ce phénomène n’apparaît pas. Ceci est dû à une impulsion de synchronisation trop courte. Le remède est d’augmenter quelque peu C1 et C2 et de faire passer leur valeur de 2nF2 à 3nF3.
Résistances :
(Toutes les résistances du type SMD1206)
R1,R2,R31 = non utilisé
R3 = 150 ?
R4,R6,R9,R10,R35 à R38 = 1 k?
R5,R25 = 220 ?
R7,R8,R12,R13 = 10 k?
R11 = 270 k?
R14 = 2k?2
R15 = 4k?7
R16 = 8k?2
R17,R18,R22,R24 = 82 ?
R19 à R21,R23 = 680 ?
R26,R40 à R43* = 100 k?
R27 à R30 = VDR 48 à 96 V, tel que Siemens S10K50 ou S07K50
R32,R34 = 270 ?
R33 = 100 ?*
P1 = ajustable 5 k? modèle vertical standard ou Bourns 3386
Condensateurs :
C1,C2,C20 = 2nF2
C3,C13 = 33 pF
C4,C9 = 10 µF/16 V radial
C5 à C7,C14 à C19 = 100 nF au pas de 5 mm
C8 = 1 000 µF/25 V radial
C10,C11 = 1 µF/16 V radial
C12 = 3nF3
C14 = 100 pF
Semi-conducteurs :
D1,D4 à D7 = LL4148 SMD
D2,D3 = 1N4001
D16 = LED verte
D17 = LED jaune
IC1,IC8 à IC10 = MOC3020 (fabricant QT, anciennement Motorola : www.qtopto.com)
IC2 = 7805
IC3 = PC900 (Sharp)
IC4 = LM339
IC5 = 555
IC6 = SAB80C535-N ou SAB80C515-N (Siemens)
IC7 = 74HC573
IC11,IC12 = ULN2803 (Sprague)
IC13,IC16 = 74HC4049
IC15 = 27256 (programmée EPS000179-21)
Divers :
K1 à K10 = embase DIN 5 contacts en équerre encartable sur 180 °
K11 = embase sub D à 15 contacts en équerre femelle encartable*
K12 = bornier encartable à 2 contacts au pas de 7,5 mm
X1 = quartz 12 MHz
F1 = fusible 100 mAT avec portefusible encartable
S1 = quadruple interrupteur DIP
T1 = transformateur secteur, sec. 2 x 9 V/4,5 VA (tel que, par exemple, Monacor VTR4209)
JP1 = embase autosécable à 2 contacts
support PLCC à 68 contacts
radiateur pour IC2, tel que, par exemple, SK104-50 (Fischer)
Re1 à Re8 = relais 12 V (tel que, par exemple, Zettler AZ5Y-1C-12DE ou Siemens V23101-D6-A201
boîtier LC650 (EURODIS)
* n’est pas indispensable, est destinée à d’éventuelles extensions
Chargement des commentaires