Présentation de l'article

La clé au bout des doigts

S’identifier par une empreinte – comment ça marche

La clé au bout des doigts
L’électronique se chargera bientôt de tout et du reste. Mais cette personne a-t-elle vraiment le droit de se servir de cet appareil ? Les mots de passe n’ont pas fait leur preuve comme identifiants. On s’est donc tourné vers la biométrique. Les lecteurs d’empreintes digitales jouissent déjà d’une grande popularité. Nous expliquerons leur fonctionnement – et passerons en revue les avantages et les inconvénients des diverses méthodes.
Des courriels « bidon », des attaques de virus informatiques, des vols d’ordinateurs bloc-notes ou de téléphones portables – c’est une ombre au tableau des techniques de l’information. Les NIP et les mots de passe offrent bien une certaine protection. Se les rappeler pour un grand nombre d’appareils et ne pas les confondre pose peu à peu un problème. Les cartes à puce ne valent guère mieux : perdez la votre et vous perdez du même coup votre appartenance au genre humain.
Une étape logique consiste à se baser sur une caractéristique imperdable, inimitable et non falsifiable. Les procédés biométriques reposent sur le fait que les particularités du corps humain sont uniques et ne peuvent être modifiées. Parmi celles-ci, on compte la forme du visage, l’iris, la dynamique de l’écriture, les empreintes digitales et ainsi de suite – jusqu’à l’ADN.
Le téléchargement de cet article est réservé aux membres abonnés d'Elektor.
Cliquez ici pour vous identifier.
Chargement des commentaires