Présentation de l'article

Delphi pour électroniciens, partie 9

DelphiStamp en microcontrôleur autonome

Delphi pour électroniciens, partie 9
Pas plus grand qu’un timbre-poste, le DelphiStamp est un contrôleur complet hérité du microcontrôleur ATmega128 d’Atmel. Maintenant qu’il n’est plus à présenter, penchons-nous d’un peu plus près sur la programmation en Delphi du DelphiStamp. Commençons par un commutateur autonome, parfait pour arroser le jardin en votre absence.
La programmation élémentaire d’un microcontrôleur s’effectue en langage assembleur, un niveau au-dessus du code binaire. Toutefois, cette technique demande beaucoup de temps et de courage. Bien sûr, vous pouvez programmer le DelphiStamp en assembleur mais vous passeriez alors à côté du confort et de la simplicité qu’offrent ses outils de conception et d’essais de programmes rédigés directement en Delphi.
Quelques exemples destinés à accélérer l’apprentissage de sa programmation sont fournis avec le produit. Le premier exemple est écrit en assembleur. Comme de coutume, la première étape consiste à réaliser un ordinogramme pour décrire les fonctions du programme à concevoir (figure 1). Pour cet exemple de LED clignotante, nous l’allumerons pendant 3 secondes toutes les 6 secondes. Nous la brancherons par l’intermédiaire d’une résistance série entre le +5 V et le port B, sortie 3. Le contrôleur commute la LED en abaissant la sortie parce que l’ATmega128 peut dériver plus de courant qu’il n’en fournit.
Le téléchargement de cet article est réservé aux membres abonnés d'Elektor.
Cliquez ici pour vous identifier.
Chargement des commentaires