Aidez les scientifiques à cartographier l'environnement sonore

6 septembre 2017, 00:00
Copie d'écran de la cartographie collaborative accessible sur Noise-planet.org. Représentation cartographique des niveaux sonores moyens mesurés à Lyon. © CNRS-IFSTTAR
Copie d'écran de la cartographie collaborative accessible sur Noise-planet.org. Représentation cartographique des niveaux sonores moyens mesurés à Lyon. © CNRS-IFSTTAR

Pollution sonore

Un rapport de l’OMS établit que la pollution sonore n’est pas seulement une nuisance environnementale, mais aussi une menace pour la santé. Parmi les facteurs environnementaux observés en Europe, le bruit ambiant provoque une charge de morbidité qui, en importance, est seulement dépassée par celle de la pollution atmosphérique. En effet, une personne sur trois est exposée à des nuisances sonores pendant la journée, et une sur cinq présente des troubles du sommeil dus à des nuisances induites par le bruit des transports routiers, ferroviaires et aériens. Le risque de maladies cardiovasculaires et d’hypertension artérielle est ainsi plus élevé. La lutte contre le bruit est donc un enjeu majeur.
 

Cartographie participative

Deux équipes françaises de recherche, d’une part des spécialistes en sciences de l'information géographique (DECIDE, Lab-STICC - CNRS UMR 6285) et d’autre part des spécialistes en acoustique environnementale (Ifsttar), ont lancé le projet Noise-Planet. Leur but est d’établir une cartographie participative de l'environnement sonore. Pour cela ils ont développé l'appli NoiseCapture qui permet à ses utilisateurs de contribuer au projet de recherche, simplement en enregistrant les bruits qui les entourent.
Grâce à des algorithmes de traitement du signal, l'appli NoiseCapture calcule des indicateurs acoustiques lors des déplacements de l'utilisateur. Ces indicateurs géolocalisés sont ensuite reversés anonymement dans une base de données pour élaborer des cartes de bruit au plus près de la réalité, avec un maillage extrêmement dense. Ces cartes de bruit obtenues à l'aide d’ordiphones pourront être utilisées par les collectivités afin de mettre en place des plans d'action plus ciblés, pour préserver ou améliorer la qualité des environnements sonores urbains.
Ce système d'information géographique fonctionne aujourd'hui en temps réel et permettra de construire une base de données pérenne à l'échelle mondiale.
 

Science citoyenne

Au-delà des perspectives scientifiques, qui ouvrent des questions autour de l'analyse de la qualité des données, mais également sur la production d'indicateurs ou de nouveaux supports de restitution des résultats, les chercheurs ont été guidés par la volonté d'ouvrir la recherche sur l'environnement sonore au plus grand nombre (citoyens, entreprises, collectivités, services de l'État, scientifiques…). Cette ouverture se traduit par un projet « open science » avec le développement d'outils communs sous licence « open source », la diffusion des données anonymes collectées sous licence « open data » et la publication des résultats de recherche dans des revues en « open access ».
L'appli NoiseCapture sera présentée au public lors de la Digital Week le 24 septembre 2017 à Saint-Nazaire et est disponible depuis le 1er septembre sur tous les téléphones Android.

Tout un chacun peut contribuer au projet de nombreuses façons : vous pouvez non seulement participer à la collecte de données, mais également écrire du code ou de la documentation, traduire la documentation ou les outils, envoyer vos commentaires…
Contact : contact@noise-planet.org

Pour en savoir plus : 
Appli : https://play.google.com/store/apps/details?id=org.noise_planet.noisecapture
Projet : http://noise-planet.org/
Chargement des commentaires
articles apparentés