Banc d’essai : caméras de vision thermique Seek ShotPro et Seek Compact

10 juin 2019, 17:39
Banc d’essai : caméras de vision thermique Seek ShotPro et Seek Compact
Banc d’essai : caméras de vision thermique Seek ShotPro et Seek Compact
Les caméras infrarouges sont extrêmement pratiques pour identifier les ponts thermiques d'une habitation, les engorgements dans une conduite d’égout ou les points chauds d’une installation électrique. D’où leur intérêt pour les ingénieurs électroniciens qui ont besoin de repérer les problèmes thermiques de leurs circuits. Dans ce banc d'essai, nous comparons deux caméras de vision infrarouge du fabricant américain Seek, aux résolutions bien supérieures à celles d’autres appareils dans la même catégorie de prix.

Est-il bien nécessaire d'expliquer le fonctionnement d'une caméra de vision thermique ? À l'inverse d'une caméra normale, celle-ci n'est pas sensible au spectre lumineux visible, mais aux infrarouges. Ce rayonnement permet de mesurer la température des objets observés. Généralement, les valeurs obtenues sont représentées à l'écran par différentes couleurs.

Deux formats, deux prix

Les deux produits évalués ici appartiennent à des segments de prix très différents. D'un côté, nous avons la caméra semi-professionnelle Seek ShotPro au prix de 850 €, de l'autre le modèle Seek Compact, constitué d'un module additionnel pour smartphone, proposé à 300 €, en deux versions, Android et iPhone. Ces deux appareils ont néanmoins un point commun : la possibilité de donner une image très détaillée de la répartition précise de la chaleur. À titre de comparaison : une caméra infrarouge accessible autour de 1000 € possède un capteur d'une résolution maximale de 160x120 pixels, alors que la Seek ShotPro affiche 320x240 pixels. Plus modeste, le modèle Seek Compact possède tout de même un capteur d'une résolution de 206x156 pixels.

Seek ShotPro

Photo : Seek Thermal
La ShotPro est une caméra infrarouge autonome au format smartphone. La totalité du boîtier est recouverte d'une housse de caoutchouc résistant et l'ensemble semble pouvoir endurer un choc occasionnel. À l'avant, se trouve l'objectif, protégé par un cache. De l'autre côté, un écran tactile de 3,5 pouces. La caméra permet une connexion sans fil en Wi-Fi avec un PC.

Lorsque vous touchez l'image à l'écran, une barre apparaît en haut et en bas pour accéder aux différents paramètres. La barre du haut permet d'accéder aux paramètres de préférences, notamment le choix de l'unité de température, le paramétrage de l'horloge et l’émissivité. La barre du bas donne accès aux paramètres des images. Vous y trouverez différents modèles de couleurs pour l'affichage, les températures des points spécifiques affichées et l'accès aux captures d'écran stockées.

L'une des icônes les plus importantes est l’« œil » qui vous permet de combiner l'image thermique avec une image provenant de la caméra normale, également intégrée. Vous disposez ainsi d'une représentation mixte, ce qui permet de mieux voir ce que vous mesurez. Vous pouvez également pondérer l'importance de chaque image dans l'affichage. Il y a aussi la possibilité de décaler l'image infrarouge par rapport à celle obtenue dans le spectre visible pour les aligner au mieux, une fonction disponible également sur les caméras infrarouges professionnelles.
 
Chargement des commentaires...
articles apparentés