Elektor Team

Des LED moins chères, plus lumineuses, et... toujours plus de LED !

10 décembre 2013, 14:37
Des LED moins chères, plus lumineuses, et... toujours plus de LED !
Des LED moins chères, plus lumineuses, et... toujours plus de LED !

Le temps est loin où le composant fétiche de tout électronicien débutant était la LED verte ou rouge, modeste lampe témoin. Depuis, la diode électroluminescente est devenue composant lumineux à vocation d'éclairage, à grande voire très grande échelle.
C'est un semi-conducteur manufacturé, le nitrure de gallium, qui a permis d'obtenir l'émission de lumière de forte intensité sans (forte) consommation d'électricité. Le coût de production du nitrure de gallium (GaN) restait cependant rédhibitoire pour une utilisation domestique. Aujourd'hui des chercheurs de l'université de Cambridge revendiquent une réduction de 75% du coût des LED dans le panier de la ménagère en l'espace de cinq ans. Selon eux, ce sont les recherches menées à Cambridge qui ont ouvert la voie à une production de masse de jonctions GaN sur des puces en silicium, beaucoup plus courantes que le substrat de saphir utilisé depuis les années 1990.
Les résultats obtenus permettent d'imaginer de faire passer de 20% à 5% la part de l'électricité utilisée par les ménages britanniques pour l'éclairage domestique, soit l'équivalent de la production de huit centrales électriques. 
 

La durée de vie d'une LED au nitrure de gallium est de 100.000 heures. Cela correspond à 60 ans... Contrairement à d'autres luminaires, elles ne contiennent pas de mercure et s'allument instantanément, contrairement à d'autres lampes en circulation actuellement.

Selon le Pr Colin Humphreys qui dirige ces recherches, on tiendrait là le saint graal de l'éclairage domestique pour les décennies à venir. Les débouchés de ces travaux sont nombreux. On s'efforce par exemple d'obtenir des LED au nitrure de gallium susceptibles de produire un rayonnement qui imite la lumière du jour. D'autre part le rayonnement ultraviolet obtenu avec des jonctions GaN pourrait jouer un rôle déterminant dans des applications sanitaires, comme par exemple l'assainissement de l'eau potable ou encore l'identification de tumeurs cancéreuses.

Le lien ci-dessous donne d'autres informations intéressantes sur les progrès récents de les techniques de dopage qui permettent d'améliorer considérablement le rendement.

Chargement des commentaires
articles apparentés