Rédaction Web

Le suivi médical au poignet

19 décembre 2013, 00:00
Le suivi médical au poignet
Le suivi médical au poignet

Si vous suivez la série Breaking Bad, vous avez certainement apprécié l'ironie de l'ouverture du deuxième épisode de la dernière saison : pour échapper à la police, Schuler, le Herr Direktor de l'entreprise allemande qui aidait l'homme-poulet à fabriquer de la méthamphétaschnouf, se suicide dans les toilettes à l'aide d'un défibrillateur. Pas en se frappant la tête avec deux ou trois fois, non, il s'en sert pour s'électrocuter. Et prend tout son temps pour le faire. D'où l'ironie à tiroir.

 

Car, dans la réalité, c'est bien le temps qui décide de quel côté tombera la faux. Pour les arrêts cardiaques, un décès sur deux est dû à une prise en charge trop tardive de l'évènement. Une statistique qui prit tout son sens dans l'esprit du physicien Leon Eisen lorsqu'un de ses amis décéda à l'hôpital entre deux consultations. Le corps de son ami avait réagi très vite, le corps médical beaucoup moins. Eisen comprit que le goulot d'étranglement des secours était la vitesse à laquelle circule l'information médicale.
Il réfléchit donc à un moyen de rendre disponibles sans délais postaux deux données vitales : la saturation pulsée en oxygène et le rythme cardiaque. L'idéal pour lui était un système portable, discret, non-invasif et rassurant. Il pensa à une montre connectée. Les capteurs idoines n'existaient pas, il les inventa. Sa technologie, appelée Trans Illumination, mesure le débit sanguin au moyen de deux sources lumineuses de longueurs d'onde différentes associées à un collecteur convexe. La montre émet un signal d'alerte via Bluetooth, par exemple vers un téléphone, lorsque les signaux virent au rouge. Un temps précieux est gagné en cas de crise, sans parler d'une réduction drastique des coûts du suivi médical.

 

Le marché des oxymètres est un marché à 9 zéros, mais curieusement Leon Eisen a dû apprendre les ficelles du marketing pour convaincre les investisseurs de la pertinence médicale et économique de son invention. La commercialisation est prévue en 2014, et la montre devrait s'appeler Oxytone. Un nom bien curieux quand on sait que l'oxyton (oxytone en english) est un mot dont la dernière syllabe est accentuée. Enfin, tant que ce n'est pas le dernier mot qui l'est...

Chargement des commentaires
articles apparentés