De notoriété publique

26 avril 2016, 12:28
De notoriété publique
De notoriété publique
La lecture du récent édito de mon collègue Clemens Valens sur les tribulations de la loi d’Ohm m’a fait rêver. J’essaye alors d’imaginer ce que devait être l’état des esprits avant l’établissement définitif d’une certaine connaissance. Il faut goûter à ce moment privilégié où votre intelligence dilatée par des connaissances nouvelles se transforme pour ne plus jamais reprendre sa forme antérieure.
Tout en traduisant cette anecdote au sujet de Cavendish pour la version française de notre e-zine, je songeais aussi à l’influence des lois fondamentales de la physique sur notre manière d’appréhender le monde et la vie en général, même sur ce qui ne semble pas relever de leur rigueur : je m’amuse par exemple à appliquer la loi d’Ohm à la politique ou à l’éducation, domaines où l’on sait qu’interagissent la tension, l’intensité et la résistance aux idées nouvelles !
Ce petit jeu des analogies inattendues fournit des parallèles parfois instructifs et souvent amusants. Ainsi le précieux théorème d’échantillonnage de Nyquist-Shannon (La représentation discrète d'un signal par des échantillons régulièrement espacés exige une fréquence d'échantillonnage supérieure au double de la fréquence maximale présente dans ce signal.) devient dans mon esprit en goguette : « pour bien parler d’un sujet, il faut en savoir aux moins deux fois plus que ce qu’on en dit ». Cette idée aurait-elle plu à Claude Shannon qui voyait dans la réduction de la complexité un des problèmes cruciaux de l'âge de l'information. Lui-même, loin de s'attribuer le théorème qui porte son nom, avait modestement noté en-dessous : « Ce fait est de notoriété publique*. »

* “this is a fact which is common knowledge in the communication art.”
 
Chargement des commentaires
articles apparentés