Rédaction Web

Un robot qui s’assemble tout seul

14 août 2014, 08:00
Un robot qui s’assemble tout seul
Un robot qui s’assemble tout seul

Une feuille sur une table, quoi de plus banal ? Connectez-y une batterie, et voyez comment elle prend vie. Elle commence à se plier toute seule. En quatre minutes, la transformation est complète : la feuille, devenue robot quadrupède, s’éloigne à près de 3 cm/s. Inspiré par le vénérable origami, art japonais du papier plié, c'est le premier robot capable de prendre forme et de fonctionner sans intervention humaine.
Deux moteurs, deux batteries et un microcontrôleur sont couplés à un matériau qui n'est pas simplement du papier, mais un composite de papier, de circuit imprimé flexible et de Dinks Shrinky (des feuilles de plastique, vendues comme jouet, qui rétrécissent lorsque la température dépasse 100 °C). La note s’élève à 100 $ pour ce robot, plus quelques heures de travail pour son créateur, Samuel Felton, étudiant de troisième cycle à Harvard.

Depuis plusieurs années, l'équipe du Dr Wood, le mentor de Samuel Felton, travaille à la construction d’insectes-robots (notamment avec la création d’une chenille robotisée imprimée et d'une lampe auto-pliante). Mais les techniques de fabrication atteignent pour l’instant leurs limites avec des composants si petits. Ce qui a donné à Felton l’idée de s’inspirer des techniques de l’industrie des puces, avec la construction des composants à plat.

Cette forme d’automatisation, d’un nouveau genre, permettrait d’emballer des robots pour le voyage puis de les faire se déployer automatiquement à destination, dans des endroits comme l'espace, où il n'y a personne. Ce procédé pourrait peut-être être appliqué à des meubles de type Ikea qui, sans faire perdre raison ni patience face aux hiéroglyphes des instructions d’assemblage, se (dé)plieraient pour passer d’un emballage plat à une table, par exemple.

Felton a méticuleusement conçu son robot, mais il escompte des progrès grâce aux mathématiques de l'origami, qui permettront à des logiciels de comprendre coupes et plis nécessaires pour créer des robots complexes, capables d’accomplir presque n'importe quelle tâche. Il essaie maintenant d'adapter cette technique à des insectes robots.

Chargement des commentaires
articles apparentés