Elektor Team

Stupidité artificielle

10 décembre 2013, 14:38
Stupidité artificielle
Stupidité artificielle

Selon le New York Times, les voitures de Google se conduisent elles-mêmes dans la circulation : « Google a travaillé, en secret mais au vu de tous, sur des véhicules qui peuvent se conduire eux-mêmes, avec un logiciel d'intelligence artificielle capable de détecter n'importe quoi à proximité de la voiture et simuler les décisions prises par un conducteur humain. 
Avec quelqu'un derrière le volant pour reprendre les commandes si nécessaire et un technicien à la place du mort pour surveiller le système de navigation, sept véhicules d'essai ont conduit 1000 miles sans intervention humaine et plus de 140 000 miles avec interventions occasionnelles. L'un d'eux a même remonté Lombard Street à San Francisco, une des rues les plus pentues et tortueuses du pays. Le seul accident, selon les ingénieurs, est arrivé quand, arrêtée à un feu, une voiture Google a été percutée à l'arrière. 

Bel exemple du pari de Google sur une technologie qui pourrait ne pas être rentable avant des années. Même les prévisions les plus optimistes n'en envisagent pas le déploiement avant huit ans au moins. »

 

Voilà qui ouvre des horizons. Plutôt que de tourner une heure avant de pouvoir nous garer à proximité immédiate de notre lieu de travail, et finir par nous résigner au parking payant, nous pourrons nous déposer nous-mêmes et renvoyer la voiture (seule !) au parking gratuit le plus proche, voire à la maison... Et rappeler la voiture au moment de quitter le travail, sans le souci des embouteillages, puisque l'intelligence artificielle permettra à la voiture d'en tenir compte au moment de calculer son heure de départ en fonction de l'heure d'arrivée programmée.

Et on pourra continuer à travailler pendant que la voiture ira chercher un casse-croûte à la sciure, des frites à l'huile de colza transgénique et un soda à l'aspartame, au lieu de perdre son temps, dépenser son énergie et user ses chaussures à marcher bêtement.

Et continuer d'utiliser sa voiture quand on aura perdu tous les points de son permis...

Quel bond en avant pour la croissance qui s'essoufflera quand tout le monde aura dans sa panoplie toutes les tailles intermédiaires entre l'i-phone et l'i-pad !

 

Dans son livre Troubleshooting analog circuits (traduit en français « Un coup ça marche, un coup ça marche pas ! ») Robert Pease, un des géniaux inventeurs de circuits intégrés chez National Semiconductor, écrit : « ...des gens qui s'appuient sur l'intelligence artificielle arrivent certes à résoudre certaines sortes de problèmes, mais qui nous dira s'ils s'en tireront aussi bien avec n'importe quelle stupidité véritable qu'avec la stupidité artificielle ? (La stupidité artificielle est le genre de stupidité mise au point spécialement pour démontrer que l'intelligence artificielle fonctionne parfaitement.) »


L'illustration de cette brève est empruntée à un document des Renseignements Généreux, que l'on trouvera sous le deuxième lien ci-dessous. Une lecture que nous ne saurions trop recommander. On y trouve notamment cette citation d'Ivan Illich :

« L’Américain type consacre plus de mille cinq cents heures par an (soit trente heures par semaine, ou encore quatre heures par jour, dimanche compris) à sa voiture : cela comprend les heures qu’il passe derrière le volant, en marche ou à l’arrêt ; les heures de travail nécessaires pour la payer et pour payer l’essence, les pneus, les péages, l’assurance, les contraventions et impôts... A cet Américain, il faut donc mille cinq cents heures pour faire (dans l’année) 10 000 km. Six km lui prennent une heure.

Dans les pays privés d’industrie des transports, les gens se déplacent à exactement cette même vitesse en allant à pied, avec l’avantage supplémentaire qu’ils peuvent aller n’importe où et pas seulement le long des routes asphaltées. »

Chargement des commentaires
articles apparentés