Thomas Scherer

Technologie des accus : un bond de capacité de 3 à 15 fois

6 juin 2017, 16:48
Technologie des accus : un bond de capacité de 3 à 15 fois
Technologie des accus : un bond de capacité de 3 à 15 fois
Il serait sans doute plus agréable de découvrir dans notre boutique favorite des produits dotés de caractéristiques aussi séduisantes, mais les échos des laboratoires n'en restent pas moins intéressants. La recherche sur les accus au lithium est intense, car le stockage de l'énergie électrique est l'un des points cruciaux conditionnant les progrès futurs. La recherche actuelle laisse prévoir une augmentation de la puissance d'un facteur 3 voire 15 !


 
Dendrites. Illustration : Université Rice
Des chercheurs de l'université Rice (États-Unis) travaillent à un accu lithium-métal dont la capacité pourrait être le triple des accus Li-ion actuels. Une simple promesse ? Le plus intéressant n'est pas seulement l'augmentation de la capacité, mais aussi que son principe empêche la formation des dendrites, sources de courts-circuits et d'autres effets adverses dont nous avons déjà beaucoup parlé. L'astuce consiste à utiliser une couche d'un matériau de très grande surface spécifique constitué de nanotubes de carbone contenant le lithium métal. Il en résulte un accu d'une capacité de 3,351 Ah/g. Le prototype atteint en fait déjà 500 cycles de recharge en conservant une capacité de 80 %.


 
Architecture d'un accu Li-air. Illustration : NIMS
À l'institut japonais NIMS (National Institute for Materials Science), les chercheurs travaillent sur les accus lithium-air. Ils prédisent même une augmentation de capacité d'un facteur 15 par rapport aux accus au Li classiques. Il ne s'agit plus d'une simple promesse mais d'un discours bien étayé. Par principe, les accus Li-air ont déjà une densité d'énergie beaucoup plus élevée car une grande partie du matériau de l'électrode disparaît. Et si l'étonnante capacité de 30 mAh/cm² atteinte en laboratoire pouvait être conservée en fabrication industrielle, ce serait déjà extraordinaire. Ici également, l'énorme surface de nanotubes de carbone travaille comme matériau d'électrode. À ce jour, les chercheurs étudient toujours la conversion en véritable cellule d'accumulateur à haute densité énergétique ainsi que l'élimination des substances indésirables qui contaminent l'air.
 
Chargement des commentaires
articles apparentés