Elektor Team

ULM à pile à hydrogène, sans batterie auxiliaire

10 décembre 2013, 14:37
ULM à pile à hydrogène, sans batterie auxiliaire
ULM à pile à hydrogène, sans batterie auxiliaire

C'est une société française, Helite, qui défraie la chronique de la technologie aéronautique outre-Rhin ces jours-ci avec son ultra-léger motorisé alimenté exclusivement par la combustion d'hydrogène sans l'aide de batterie pour le décollage.

L'engin sera présenté en vol à Friedrichshafen, près du Lac de Constance, au salon aéronautique international AERO, du 2 au 5 avril, sauf si la météo se met en travers.

L'an passé l'avionneur Boeing avait financé un prototype de fabrication autrichienne, propulsé par des cellules à hydrogène, encore assistées au décollage par une batterie li-ion. Gérard Thévenot, de la société Helite, décolle lui sans batterie auxiliaire. Son ULM monoplace à piles à combustion de 7 kW emporte une bonbonne d'hydrogène de 5 l mais ne pèse que 55 kg.
La consommation d'hydrogène est en moyenne de 550 g. Les gaz d'échappement ne contiennent que de la vapeur d'eau.

Dans le cadre de ce salon on remarque l'exposition e-flight-expo, la première à s'intéresser à la réduction de la pollution dans les développements technologiques aéronautiques. Selon ses initiateurs, le "e" de "e-flight-expo" est à la fois celui d'électrique, d'écologique et celui d'évolution.

Diplômé de l’ESSTIN, G. Thévenot a créé les sociétés La Mouette, spécialiste d'envergure mondiale de la conception et la fabrication d’ailes delta, d’ULM et de paramoteurs, Helite pour la conception et la fabrication de vestes airbag pour motocyclistes et cavaliers, et, plus récemment, la société HYNOV qui développe des systèmes airbag pour protection des chutes de personnes âgées.
G. Thévenot a conçu des machines volantes spécifiques pour des prises de vues aériennes d’oiseaux, comme pour le film Le Peuple Migrateur de Jacques Perrin.


Deux autres engins volants à pile à combustible seront présentés à l'AERO. L'un est un ULM biplace avec propulsion à hydrogène de 60 kW issu de l'université de Stuttgart, l'autre un planeur motorisé du slovène Pipistrel. L'universite technique de Turin présentera son projet à pile à combustible SkySparks, dont le premier vol devrait intervenir en 2009, autour du biplace de l'italien Alpi Aviation, propulsé par 62 kW pour seulement 30 kg.

 

VOS RÉACTIONS

L'article "ULM à pile à hydrogène, sans batterie auxiliaire" me rappelle une page (1) que j'ai parcouru avec curiosité récemment et qui m'a sidéré :

Sa lecture est édifiante : ma voiture est un goinfre.

On y lit que Gazaile2 consomme moins de 3 litres pour 100 km ... à une vitesse entre 180 et 200 km/h et environ 3,5 litres au 100 à 220 km/h, ce qui correspond à 7,8 litres/h.

Mon goinfre à 4 roues en est loin avec ses 8 litres au 100 à 130 km/h sur l'autoroute, ce qui le place à plus de 10,3 litres par heure. Et encore, avec le vent dans le dos.

D'accord, je ne pourrais pas disposer dans la gazaile du volume de mon (grand) coffre qui voyage souvent plein, ni du même nombre de passagers.

D'accord, la rue va être un peu courte pour le départ au matin, et le retour le soir .... et les autres usagers n'apprécieront probablement pas.

Mais quand même, ça laisse rêveur.

Pascal Peyremorte

(1) http://gazaile2.free.fr/diesel.php

Chargement des commentaires
articles apparentés