Voir dans le blanc des... LED

12 février 2016, 10:34
À droite, les contours du luminaire à LED traités par l'algorithme PST sont bien visibles.
À droite, les contours du luminaire à LED traités par l'algorithme PST sont bien visibles.
Dans les zones très claires, nos images numériques sont souvent surexposées ; écrasés de lumière, les détails sont perdus. Or, une telle perte d’information est critique pour les techniques de reconnaissance d’image. L’algorithme de traitement de signal par étirement de phase PST (Phase Stretch Transform ), conçu à l’Université de Californie, améliore considérablement le traitement d’images surexposées en permettant aux ordinateurs d’y distinguer des détails qui échappent à l’acuité de l’imagerie standard. PST est basé sur une technique éprouvée de conversion A/N pour signaux à très large bande (<10 GHz!) par étirement du temps (time-stretch). Connue aussi sous le nom de photonic time stretch, elle est utilisée par l'imagerie médicale.
Ces recherches permettent ainsi d’obtenir une image détaillée par exemple de la structure interne d’un luminaire à LED, là où l’imagerie actuelle, littéralement aveuglée, ne donne aucun contour. La portée de ces résultats pourrait profiter aussi bien à l’astronomie en permettant une meilleure discrimination des étoiles lointaines, qu’à la reconnaissance de la texture d’objets proches dans le cadre par exemple de la vérification de qualité dans l'industrie. Cet algorithme, qui pourrait aussi s’appliquer dans la reconnaissance de personnes par scrutation de l’iris ou des empruntes digitales, consiste en une opération mathématique d’identification et d’extraction des contours. Un autre champ d’application possible serait l'automobile sans conducteur.
C’est précisément la multiplication de ces applications qu’escomptent les chercheurs de l’UCLA en ouvrant leur code source à la communauté scientifique.
Chargement des commentaires
articles apparentés