Clemens Valens

Wattmètre en suspens

27 février 2014, 00:00
Wattmètre en suspens
Wattmètre en suspens

Certains des projets présentés sur elektor.labs finissent par donner un article intéressant publié dans le magazine. D’autres résistent, parce que nous ne savons pas au juste sous quel angle les présenter. Ils font l’unanimité au premier examen, mais quand on approfondit, on bute sur des détails récalcitrants. En voici un exemple sur lequel je souhaite demander votre avis. 

http://www.elektor-labs.com/node/3666

 

Quand il est passé en comité de rédaction, tout le monde a coché pour ce wattmètre la case à publier sans hésiter. Spécifications séduisantes, schéma clair, prototype opérationnel. La rédaction m’a demandé de le passer par le labo pour le mettre au standard d’Elektor. Yapuka ! C’est alors que je découvre que l’auteur l’a assemblé à partir de fonds de tiroir. C’est très bien, les fonds de tiroirs, sauf que ce qui traîne chez lui n’est pas ce qui traîne chez moi, ni chez vous. Reproduire ce projet tel qu’il est reviendrait cher.

 

À commencer par le µC utilisé, un MSP430F1611 : non seulement il coûte 15 €, mais il lui faut un programmateur spécifique. Nous en avons un au labo, mais vous ?

Pour en réduire le prix, on a donc décidé d’en revoir la conception. L’auteur propose de simplifier l’étage d’entrée, mais ne veut pas sacrifier d’autres caractéristiques. Comme le µC qu’il a utilisé est surdimensionné, elektor.labs propose un modèle meilleur marché et plus courant. Changer de contrôleur implique d’en porter le code, ce qui est loin d’être évident quand l’original est en… assembleur. Voilà ce que j’entends par détail récalcitrant. En plus, l’auteur est réticent à ouvrir son code, comme il est de coutume de le faire pour les articles publiés par Elektor. Plutôt que de se lancer dans le portage en assembleur, il serait plus malin de tout réécrire en C, mais cela implique que l’auteur établisse d’abord un ordinogramme détaillé. Gros travail. Nous voici donc devant un choix délicat :

  • publier le circuit tel quel, certes intéressant, mais sans logiciel ouvert et probablement cher à reproduire ;
  • ou investir du temps et consentir de gros efforts de recherche pour l’adapter, le doter d’un code source ouvert et le rendre ainsi accessible à nos membres : vous !


Dans le premier cas, nous dessinerions un circuit imprimé dont nous craignons qu’il n’intéresse que peu de lecteurs, rebutant les autres par manque d’ouverture et de flexibilité. Dans le second, nous nous lançons dans une étude longue et coûteuse… alors que nous manquons déjà de bras et de matière grise pour mener à bien nos autres projets. Cruel dilemme.

Trouvez-vous qu’il faudrait tenter l’aventure quand même ?

 

Note : Si vous publiez sur le site elektor.labs, consultez régulièrement le courrier électronique de l’adresse avec laquelle vous vous êtes inscrit, car c’est notre seul moyen de vous contacter directement.


Chargement des commentaires
articles apparentés