Activation par ultrasons d’appareils dans un réseau IdO

1 mars 2018, 19:44
Activation par ultrasons d’appareils dans un réseau IdO
Activation par ultrasons d’appareils dans un réseau IdO
Un appareil éteint ne consomme pas l'énergie de sa batterie (ou de sa pile). Mais éteint, il ne fonctionne évidemment pas. Il existe désormais un système peu gourmand en énergie, en alerte permanente, capable de mettre en marche des appareils à volonté. Ce qui permet d'économiser l'énergie des applications fonctionnant dans un réseau IdO (Internet des objets).

Comme les utilisateurs de smartphones le savent bien, le mode veille peut vider une batterie. L'une des solutions pour accroître l’autonomie d’un appareil sans fil consiste donc à incorporer un récepteur d'activation capable de le mettre en marche ou de l'arrêter.

D'où l'intérêt de la démarche des chercheurs de l’Arbabian Lab (université Stanford), qui ont développé un récepteur d'alarme capable d'activer un dispositif grâce à des signaux ultrasoniques. Avantage : les longueurs d'ondes sont nettement plus faibles que les ondes radio utilisées habituellement. Le récepteur est aussi moins encombrant que les récepteurs d'alarme radio similaires, tout en fonctionnant à des niveaux de puissance extrêmement faibles et avec une plus grande portée.

Une fois associé à un appareil, ce récepteur d'alarme scrute un profil d'ultrasons spécifique indiquant qu’il doit être activé. Et le processus de scrutation permanent ne nécessite qu'une quantité d'énergie extrêmement faible.

Pour miniaturiser le récepteur et réduire l'énergie consommée, les chercheurs ont utilisé des transducteurs ultrasoniques extrêmement sensibles qui convertissent les sons analogiques en signaux électriques. Le système détecte ainsi une action d'activation d'une puissance de signal d'un nanowatt.

Selon les concepteurs, ce récepteur a de nombreuses applications potentielles, en particulier pour les dispositifs de nouvelle génération connectés en réseau, capables de communiquer directement entre eux sans intervention humaine.
Source : Stanford University
Chargement des commentaires...
articles apparentés