La solitude de l’électronicien du fond

14 août 2017, 00:01
Ma thèse en 180 secondes
Ma thèse en 180 secondes
Il était grilheure ; les slictueux toves
Gyraient sur l’alloinde et vriblaient :
Tout flivoreux allaient les borogoves ;
Les verchons fourgus bourniflaient.
 
Lewis Carroll, Jabberwocky.
 
 À moins que votre compagne ou compagnon ne soit électronicien(ne), il est peu probable que vos conversations de couple s’animent à la simple évocation d’une carte à microcontrôleurs. Lampemètre, transistor GAAFET, FPGA et autres bus I2C gyrent et vriblent tout flivoreux sur l’oreille du profane. Oui, lorsqu’il lit une fiche technique, l’électronicien se sent souvent bien seul. Tentez d’intéresser vos convives d’un soir en leur parlant de votre dernier montage, il est probable qu’ils aménagent discrètement dans leur assiette un jeu de croquet avec de la mie de pain et une fourchette.

1er prix du jury et prix public de « Ma thèse en 180 secondes »

À moins bien sûr que vous n'ayez l’éloquence de Sabrina Sadloun. Cette jeune doctorante a remporté le concours « Ma thèse en 180 secondes » avec un titre de thèse dont la simple lecture donne envie d’aller aux champignons : Étude d’un procédé de dépôt de cuivre par MOCVD pour la réalisation de vias traversants à fort facteur de forme pour l’intégration 3D. Vous reprendrez bien un peu de salade ?
Regardez !
 
 
Sabrina Fadloun est doctorante au laboratoire SIMaP (Science et Ingénierie des Matériaux et Procédés – CNRS / Grenoble INP / UGA) et au CEA-Léti (Laboratoire d'électronique et de technologie de l'information).

Thèse exposée en 180 secondes

Ma thèse en 180 secondes permet aux doctorants de présenter leur sujet de recherche, en français et en termes simples, à un auditoire profane et diversifié. Chaque étudiant ou étudiante doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. Le tout avec l’appui d’une seule diapositive !

Ce concours s'inspire de Three minute thesis  (3MT®), créé par à l’Université du Queensland en Australie. Le concept a été repris en 2012 au Québec par l'Association francophone pour le savoir (Acfas) qui a souhaité l'étendre à l’ensemble des pays francophones.

Informations complémentaires sur le concours « Ma thèse en 180 secondes »
Chargement des commentaires...
articles apparentés