Le bitcoin plus vulnérable que prévu

17 mai 2018, 15:22
Attaquer le bitcoin n'est pas si compliqué...
Attaquer le bitcoin n'est pas si compliqué...

Selon des calculs effectués par l’université de Twente, aux Pays-Bas, une attaque sur le bitcoin serait plus simple à organiser que prévu. Si un groupe d'utilisateurs du bitcoin possède collectivement plus de 20 % de la puissance de traitement nécessaire et réalise une entente, il est en mesure de mener une attaque en quelques jours et de forcer les autres utilisateurs à accepter une autre référence pour cette cryptodevise. Les chercheurs ont publié récemment les résultats de leur étude lors d'une conférence scientifique organisée par la NASA aux États-Unis.

Le réseau bitcoin utilise la technologie blockchain. Une blockchain (ou chaîne de blocs en français) permet de relier des transactions individuelles (appelées blocs) dans une chaîne visible de tous les utilisateurs. Le réseau bitcoin est régi par des accords précisant comment les transactions sont mutuellement reliées.

Camps

Aujourd'hui, l'univers du bitcoin est organisé en différents camps. Nombre d'entre eux souhaitent poursuivre avec la référence présente, mais certains défendent l’idée de changer les règles, par exemple, pour autoriser le traitement d'un plus grand nombre de transactions dans un temps plus court. Avec le protocole actuel, du fait d'une limite supérieure imposée, il est possible de traiter aux plus sept transactions par seconde dans le monde. Selon de nombreux utilisateurs, ce réseau est bien trop lent. C'est évidemment très peu par comparaison au volume traité par les compagnies de cartes de crédit chaque seconde.


Attaque

Une modification du protocole bitcoin ne peut effectivement être mise en œuvre que si elle est acceptée par la majorité des utilisateurs. Mais selon des calculs effectués par l'université de Twente, un groupe limité (disposant de 20 % de la puissance de minage) - et capable de procéder à une attaque dite d’Andresen – pourrait introduire un nouveau protocole en quelques jours et contraindre tous les autres utilisateurs à l'adopter. L'un des chercheurs participant à l'étude, Ansgar Fehnker, compare cette attaque à une situation dans laquelle 20 % des actionnaires d'une entreprise pourraient imposer leur décision à la majorité des autres. Suite à l'attaque, toutes les transactions réalisées au cours des heures précédentes seraient rétrospectivement annulées, ce qui ébranlerait considérablement la confiance dans les principes actuels de la cryptodevise.

Chargement des commentaires...
articles apparentés