Banc d’essai : alimentation de table PeakTech PSU 6225 A

11 novembre 2019, 01:00
PeakTech PSU 6225 A
Trois prises pour fiches bananes ;
la prise verte est pour la masse.
Après que ma fidèle alimentation de labo a soudain rendu l’âme, j'ai dû la remplacer très rapidement. J'ai donc saisi cette occasion pour tester la PeakTech 6225 A, offerte à un bon prix, et dont les spécifications de courant se rapprochent de celles de mon alimentation défunte (5 A au lieu de 6 A).

Son faible encombrement a également plaidé en sa faveur. Du fait de l'espace limité dont je dispose sur ma table, ma préférence va à un appareil compact, même si celle se distingue par une profondeur non négligeable. Ce modèle PeakTech est large de 80 mm pour 260 mm de profond, ce qui me convient parfaitement. Comparés aux 5 kg ou presque de mon ancienne alimentation, la PeakTech 6225 A est un poids plume, avec 1,5 kg.

Bouton de mise en service à l'arrière

Peut-être pour faciliter l'assemblage et réduire les coûts, le bouton de mise en marche de la PeakTech PSU 6225 A est à l'arrière. Je ne trouve pas ça pratique, mais c'est supportable puisque j'ai aussi sur la face avant un bouton permettant de déconnecter la sortie.

Face avant

Deux afficheurs à segments LED à 4 chiffres de couleur bleu clair indiquent la tension de sortie et la limite de courant. Ces valeurs sont commandées à l'aide de deux codeurs rotatifs, situés au-dessous des afficheurs.

Trois LED de couleur rouge indiquent le mode de fonctionnement de l'alimentation :
  • Tension constante (C.V.)
  • Courant constant (C.C.)
  • Sortie (commandée par un poussoir opportunément baptisé output).

Modes de fonctionnement

Le mode de fonctionnement Tension constante est probablement le plus utilisé, au moins en ce qui me concerne. Vous disposez ainsi d'une alimentation réglable pour appliquer des tensions à toutes sortes de circuits à tester, avec une limite de courant sécurisée. Dès que la charge absorbe davantage de courant que celui disponible, l'alimentation passe en mode Courant constant (C.C.). En cas d'imprévu, par exemple en cas de court-circuit, ce mode permet d'éviter d'endommager les composants. Si vous chargez une batterie, il est ainsi possible de limiter le courant de charge à une valeur de consigne.
Chargement des commentaires...
articles apparentés