Configurez un signal en rafale en un clin d'œil.
L’appareil offre de nombreux types de modulations analogiques et numériques : modulation d'amplitude (AM), modulation d'amplitude à double bande latérale (DSB-AM), modulation de fréquence (FM), modulation de phase (PM), modulation par déplacement de fréquence (FSK), modulation par changement de phase (PSK) et modulation de largeur d'impulsions (PWM). J'ai apprécié particulièrement la possibilité d'ajouter des harmoniques à un signal de mon choix. Les fonctions « balayage » et « rafale » permettent d'utiliser comme base une onde sinusoïdale, ou toute autre forme de votre choix.

La technologie EasyPulse de Siglent garantit l’absence de jitter (gigue en français) sur les fronts du signal. Les générateurs DDS sont sujets au jitter si la fréquence d'échantillonnage n'est pas un multiple entier de la fréquence de sortie. Sur les signaux visualisés à l'oscilloscope, cette technique s'avère très efficace.

Le fréquencemètre intégré atteint 200 MHz et c'est un bel atout - cependant, je n'ai pas encore utilisé cette fonction.

Les formes d'onde disponibles sont innombrables. Outre les formes standard, le générateur de fonctions dispose de 196 formes préprogrammées, organisées en groupes. Le choix est si vaste que vous n’aurez que rarement à compiler vos propres signaux avec le logiciel EasyWave, disponible sous Windows.

Pratique et conclusion

La distorsion indiquée par Siglent atteint 0,05 %
pour des fréquences < 8 MHz. À 1 kHz, j'ai pu
obtenir une valeur nettement inférieure
Au début, le maniement de l'appareil m’a demandé un peu de temps car les boutons du menu programmable relatifs à la fréquence, l'amplitude, etc. ne sont pas placés à côté de l'écran (comme sur le modèle SDG830), mais au-dessous. C’est d’ailleurs probablement plus logique, car sinon les touches auraient été juste à côté de la valeur correspondante sur l'afficheur. Mais vous vous y habituez rapidement et au bout d'une journée, vous n’y pensez même plus.

Les signaux en ondes carrées et sous forme d'impulsions ont d'abord montré quelques dépassements sur les fronts, mais cela était dû à une mauvaise terminaison du câble BNC. Si tout va bien, vous obtenez de beaux signaux rectangulaires (temps de montée d’environ 4,5 ns) et des impulsions de qualité dont la pente peut même être réglée sur chaque front.

En réalité, le SDG830 suffisait à mes besoins, mais le SDG1032X offre tellement de possibilités supplémentaires que je serais prêt à dépenser de toutes façons un peu plus d'argent pour l’acquérir. Le réglage des harmoniques vous invite par exemple à expérimenter la distorsion, et la composition des signaux en rafales est vraiment très facile à réaliser. De plus, la deuxième sortie, indépendante et synchronisable, est un atout supplémentaire, particulièrement pratique.

 
SDS1204X-E & SDG1032X – un duo idéal pour la
réalisation de diagrammes de Bode
De plus, les possesseurs d’un oscilloscope SDS1104X-E ou SDS1204X-E ont une excellente raison de choisir ce générateur : ils peuvent raccorder le SDG1032X à leur oscilloscope à l'aide du câble USB fourni et créer ainsi des diagrammes de Bode de manière automatique ! Le module générateur séparé SAG1021 et le logiciel correspondant ne sont, dans ce cas, plus nécessaires. Je n'ai rien trouvé à ce propos dans le manuel, mais j’ai essayé et selon Siglent, cela fonctionne avec tous les modèles des séries 1000X, 2000X et 6000X. Ce seul fait justifie de choisir le 1032X au lieu du SDG830.

J'ai utilisé intensivement mon SDG1032X depuis sa livraison et je suis très satisfait de mon choix. C'est un excellent appareil et on en a pour son argent. D’autant plus avec la campagne actuelle de remises de Siglent. Un investissement judicieux dont vous profiterez longtemps !
 
2/2
Chargement des commentaires...
articles apparentés